Gaëlle Kovaliv est diplômée en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne. Elle effectue une thèse sur la bande dessinée numérique d’Europe francophone dans le cadre du projet interdisciplinaire Reconfiguring comics in our digital era , financé par le FNS. Sa thèse est co-dirigée par Raphaël Baroni et Olivier Glassey. Auparavant, elle a réalisé un mémoire de master sur les incipits dans l’œuvre d’Hergé, puis elle a travaillé pour le festival de bande dessinée lausannois BDFIL et pour la maison d’édition Les Impressions nouvelles. Elle est actuellement coresponsable bénévole des conférences et animations de BDFIL, membre du comité d’édition de la revue Archipel et co-rédactrice en cheffe de la revue universitaire Comicalités. Elle dirige un numéro sur la bande dessinée présente sur les réseaux sociaux pour la revue Neuvièmeart2.0.

Ses domaines d’intérêt et de recherche se concentrent sur les pratiques numériques de publication et de lecture, les dimensions économiques, sociales et politique, la question du genre ainsi que celle de la patrimonialisation de la bande dessinée. Elle travaille sur les formes contemporaines prises par la bande dessinée numérique – des Webtoon à Instagram – sans négliger les œuvres aux frontières du médium.

Ses derniers travaux portent sur la table des matières dans le contexte de la bande dessinée numérique, la difficile transition numérique de la bande dessinée, la question du genre dans la bande dessinée, et plusieurs articles sont en cours de publication.