News  >  All News

Qu’advient-il de la sémantique et de l’interaction dans les transcriptions automatiques d’un logiciel ?

La sociologue Marine Kneubühler, chargée de recherche à l’Institut des sciences sociales (SSP, UNIL), a publié un article dans le dernier numéro de la Revue d’Anthropologie des connaissances (RAC) sur le fonctionnement général et les usages des logiciels speech-to-text.

Cet article a été réalisé dans le cadre du projet Compascience 2.0, mené en partenariat avec Avis d’Expert et financé par l’Initiative pour l’innovation dans les médias (IMI). Il souligne certaines limites de ces logiciels speech-to-text, grâce notamment à une analyse qualitative qui fait apparaître les difficultés que l’interaction conversationnelle pose à la transcription automatisée.

L’article est à retrouver ici.

Marine Kneubühler : dans ses travaux, la chercheuse mobilise et développe divers outils en méthodologie qualitative et s’intéresse de près à l’écriture comme technique et médiation dans la transformation de la recherche mais aussi de l’expérience individuelle et collective. Ses questionnements s’étendent aux conséquences des dispositifs techniques sur la perception, le corps et la constitution des collectifs.